Infos du 26 février au 5 mars 2017 Bellême

, par rogerjac

ans, à La Perrière, Claude Marlot, 74 ans, à Vaunoise, Denise Dourdoine, 96 ans, à Bellavilliers, Andrée Deshayes, 82 ans, au Gué-de-la-Chaine, Bernard Béguin, 67 ans, à La Perrière.

8e dimanche du temps ordinaire
Samedi 25 février : 18 h 30 messe chapelle de l’Hôpital
Dimanche 26 février :10 h 30 messe à Bellême, 11 h à Igé

Mardi 28 février : 11 h 30 messe oratoire du presbytère
17 h presbytère catéchèse des Primaires et célébration des Cendres

Mercredi 1er mars : Entrée en Carême Jeûne et abstinence
10 h Conférence Saint-Vincent –de-Paul et accueil de Sr Salomon
17 h 15 messe Ehpad ‘’La rose des vents’’ avec imposition des cendres
18 h 30 Chapelle de l’hôpital, liturgie de la Parole et imposition des cendres

Jeudi 2 mars : 11 h 30 messe oratoire du presbytère

Vendredi 3 mars : 17 h 45 messe chapelle hôpital et adoration du Saint-Sacrement
20 h presbytère B’Abba ‘’Quel est le sens de ma vie ?’’

Samedi 4 mars : 10 h presbytère catéchèse des jeunes de 6ème
10 h presbytère, rencontre d’enfants qui se préparent à recevoir le baptême

15 h 30 à Dancé, Etats généraux de la Diaconie des paroisses Perche sud. Les personnes engagées dans l’Aumônerie de l’Ehpad, la Conférence Saint-Vincent-de-Paul, le Secours catholique, le Service évangélique des malades sont invitées à s’inscrire pour cette rencontre.

1er dimanche de Carême
Samedi 4 mars : 18 h 30 messe chapelle de l’hôpital
Dimanche 5 mars : 10 h 30 messe à Bellême, 11 h à Igé
11 h 30 célébration des fiançailles
14 h - 17 h, presbytère de Bellême, 3ème rencontre des couples qui se préparent à célébrer leur mariage cette année dans notre Pôle missionnaire.

Nous portons dans notre prière : Bernard Béguin, Andrée Deshayes, Marie-Louise Raoul, Thérèse Bouvier, Familles Dehillerin-Monnier, Marie-Thérèse Dutertre, Bernard Vaseux, Martine et Dominique Cotreuil.

Dieu premier servi et l’attention aux autres

Le mini-pèlerinage à la Maison des saints Louis, Zélie et Thérèse Martin a été riche d’enseignements et d’émotions. C’est bien grâce à l’art-de-vivre-en-chrétiens de leurs parents que Thérèse est sainte et que Léonie est en voie de béatification.

Les épreuves n’ont pas été épargnées à cette famille et pourtant Dieu avait la première place et le souci des autres également. Ils ont pu dire comme il peut nous arriver de balbutier au moment d’une épreuve : ‘’Le Seigneur m’a abandonné, le Seigneur m’a oublié.’’ Ils ont reçu la réponse de Dieu : ‘’Même si une maman oubliait son enfant, moi, je ne t’oublierai pas.’’
On peut dire que les Martin ont mis en œuvre l’Évangile dans leur vie, et particulièrement la page d’évangile de ce dimanche : ‘’Nul ne peut servir deux maîtres. Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent.’’
Cette page d’évangile nous invite à la confiance en gardant nos yeux fixés sur l’horizon qui nous attend : le Ciel de Dieu. ‘’Qui d’entre vous, en se faisant du souci peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ? ‘’

Six fois, Jésus invite : ‘’Ne vous faites pas de souci !’’ Il ne prône pas l’insouciance, il ne vante pas l’oisiveté, il ne démobilise pas de la lutte contre la misère. Simplement, il nous invite à discerner l’essentiel de l’important et de l’accessoire : ‘’La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement ? Vous-mêmes, ne valez-vous pas plus que les oiseaux du ciel ?’’

Regardons notre vie. Pour quoi nous inquiétons-nous ? Est-ce pour des choses qui en valent vraiment la peine ou pour des futilités ? ‘’Votre Père céleste sait ce dont vous avez besoin. Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice et tout le reste vous sera donné par surcroît.’’

Savons-nous nous émerveiller de la vie qui nous est donnée, de la santé dont nous bénéficions, de l’argent qui nous est confié pour faire le bien ?
Sommes-nous persuadés que le Seigneur prend soin de nous mieux qu’une mère prend soin de son enfant ?
Jésus nous invite à nous émerveiller devant les fleurs des champs et de nos jardins, devant les oiseaux du ciel qui n’ont pas l’air de se faire trop de soucis.

Regardons notre vie : quel(s) maître(s) servons-nous vraiment ?
Est-ce Dieu, le Père de Jésus et notre Père, de qui nous tenons tout et qui nous a créés libres et responsables ?
Ou bien est-ce des idoles fabriquées de nos mains comme l’argent quand il n’est plus seulement ce qu’il doit être - une monnaie d’échange - et qu’il devient un maître qui absorbe toutes nos énergies et nous asservit ?

Saint Paul nous rappelle que, par le baptême, nous sommes ‘’des auxiliaires du Christ et des intendants des mystères de Dieu’’.
Paul indique que ce qu’on demande à des intendants, c’est d’être trouvés dignes de confiance’’.
Paul nous invite à ne pas nous soucier du regard ou du jugement des autres, ni non plus à juger les autres : ‘’Celui qui me juge, c’est le Seigneur qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres et il rendra manifeste les intentions des cœurs.’’
Face à l’horizon qui est le nôtre - la vie en plénitude éternellement dans la joie de Dieu - sachons discerner nos véritables priorités. Elles peuvent être, pour nos contemporains, affectés par les scandales, un beau témoignage d’abandon dans la confiance en Dieu, dans les autres, en soi-même, dans la vie et en l’a-venir.
Jacques ROGER