Infos du 3 au 10 décembre 2017 Bellême

, par rogerjac

Nous portons dans notre prière les défunts de la semaine :
Yvette Nicole, 91 ans, à Bellême.

1er dimanche de l’Avent
Samedi 2 décembre : 17 h 30 église Saint-Sauveur, fête Sainte-Barbe avec les sapeurs pompiers.
Dimanche 3 décembre : 10 h 30 Bellême, 11 h Igé.

Nous portons dans notre prière : Rachel et Gilbert Lecourbe.

Lundi 4 décembre : 20 h église de Berd’huis, entrée dans le temps de l’Avent avec ‘’Perche-Verrières-Espérance’’.

Mardi 5 décembre : 11 h 30 messe oratoire du presbytère
17 h catéchèse des Primaire, visite aux personnes de l’EHPAD

Mercredi 6 décembre : 17 h 15 messe EHPAD ‘’La rose des vents’’

Jeudi 7 décembre : 11 h 30 messe oratoire du presbytère

Vendredi 8 décembre : Fête de l’Immaculée Conception
11 h messe église de Bellavilliers

2ème dimanche de l’Avent
Samedi 2 décembre : 18 h 30 Chapelle de l’hôpital
Dimanche 3 décembre : 10 h 30 Bellême, 11 h Igé.

Nous portons dans notre prière : Famille Perdu

Attente, veille, discernement, espérance !

Ne sommes-nous pas en permanence branché sur le téléphone mobile, l’internet, le regard penché sur la montre avec l’impression de courir sans cesse et d’être toujours en retard ? Ne sommes-nous pas emportés, malgré nous, dans un tourbillon que nous ne maîtrisons plus avec l’impression que nous faisons toutes choses dans la précipitation ?
Avec ce premier dimanche de l’Avent, nous commençons une nouvelle année liturgique et la Parole de Dieu nous invite à nous poser, à veiller, à discerner. Elle nous invite à la patience et à retrouver une certaine lenteur qui, avec le silence, est propice à l’accueil du Seigneur qui vient. Il vient frapper à la porte de notre cœur et nous demande l’autorisation d’entrer.
Il frappe et nous demande l’autorisation d’entrer ? C’est curieux ! Nous avons souvent l’impression du contraire : nous frappons à la porte du cœur de Dieu et nous avons le sentiment qu’il s’est absenté, qu’il est aux abonnés absents. Le prophète Isaïe fait part des interrogations de son peuple qui sont aussi les nôtres : ‘’Pourquoi, Seigneur, nous laisses-tu errer hors de tes chemins ? Pourquoi laisser nos cœurs s’endurcir et ne plus te craindre ? Reviens, à cause de tes serviteurs. Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais, les montagnes seraient ébranlées’’ Et nous avec elles.
Et si, cette impression de l’absence de Dieu à nos vies était faite pour aiguiser notre désir de Lui ? Et arriver à cette belle parole de foi : ‘’Nous sommes l’argile, tu es le potier, c’est toi qui nous façonnes : nous sommes tous l’ouvrage de tes mains.’’
Le temps de l’Avent à l’approche de Noël n’est-il pas ce moment favorable pour prendre ou reprendre conscience que nous ne sommes pas les auteurs de notre propre vie. Cette vie, nous la recevons comme une grâce, comme un cadeau, comme un germe à entretenir et à faire fructifier. Saint Paul l’affirme : ‘’Aucun don de la grâce ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ.’’
À condition que nous ne soyons pas endormis, que nous gardions ouverts les yeux de notre cœur, nous pourrons alors discerner la présence du Seigneur qui ne cesse de venir à notre rencontre au cœur même de nos rencontres quotidiennes et dans les sacrements célébrés dans la foi. Cette attente active, cette veille, ce discernement ne nous préparent-ils pas à accueillir, déjà dans l’espérance, le Seigneur, lorsqu’il viendra nous faire passer de cette table eucharistique où il nous reçoit en pèlerin à la table préparée pour nous dans son Royaume éternel ? Les lumières de Noël qui éclairent déjà nos villes et nos villages ne nous renvoient-elles pas au petit enfant de la crèche qui est la Lumière venue en ce monde éclairer nos tnèbres de la lumière de Dieu son Père et notre Père ? Jacques ROGER