Infos du 11 au 18 février 2018 - Bellême

, par Jacques Roger

Nous portons dans notre prière les défunts de cette semaine : Charles Petibon, 93 ans, à Bellême, Roland Duhaudt, 80 ans, à Igé.

6e dimanche du Temps ordinaire B

Samedi 10 février 2018 : 18 h 30 messe à la chapelle de l’hôpital
Dimanche 11 février 2018 : 10 h 30 à Bellême, messe pour les malades et le personnel de santé, 11 h à Igé

Nous portons dans notre prière : les familles Loisnard-Chable, Azélie Gouin, née avant terme, fille de Nathalie et Simon.

Lundi 12 février 2018
rencontre des prêtres du Perche sud à La Trappe
19 h - 20 h Prier en chantant à l’église de Saint-Martin-du–Vieux-Bellême

Mardi 13 février 2018
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
15 h réunion de la Conférence Saint-Vincent-de-Paul
17 h catéchèse des enfants du primaire, célébration des Cendres

Mercredi 14 février 2018 entrée en Carême, célébration des Cendres
10 h 30 à la chapelle de l’hôpital, liturgie de la Parole
17 h à l’EHPAD La Rose des vents avec eucharistie
14 h au presbytère, réunion des animateurs Confirmation jeunes

Jeudi 15 février 2018 : 11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Vendredi 16 février 2018
8 h messe à l’oratoire du presbytère
20 h au presbytère, réunion avec l’antenne diocésaine Culture et foi

7e dimanche du Temps ordinaire B

Samedi 17 février 2018 : 18 h 30 messe à la chapelle de l’hôpital
Dimanche 18 février 2018 : 10 h 30 à Bellême, 11 h à Igé

Nous portons dans notre prière : les abbés Jean Bizet et Claude Roger.

Guéris-nous de toutes nos lèpres

En cette fête de Notre-Dame de Lourdes, nous prions, tout particulièrement, pour les personnes malades et le personnel de santé. Dans l’Évangile, Jésus vient de guérir un lépreux. Ce faisant, l’un et l’autre enfreignent la loi.
En effet, le livre des Lévites montrait qu’à cause de la contagion, les lépreux étaient déclarés impurs et devaient se tenir à l’écart de toute habitation. Ils étaient exclus de la société civile et religieuse.
Transgressant la loi, le lépreux s’approche de Jésus et en toute confiance lui demande : « Si tu le veux, tu peux me purifier ».
Celui-ci ne le repousse pas, au contraire, enfreignant lui aussi la loi, il le touche : « Je le veux, sois purifié. » Avec Jésus la loi est soumise à l’amour. Ainsi, saint Paul répètera que l’amour dépasse la loi. Et Jésus affirme que la loi est faite pour aider l’être humain à vivre. Si elle l’en empêche, elle n’est pas ajustée, elle n’est pas bonne, pas humaine.
Par son attitude, on peut dire que Jésus prend sur lui la lèpre du lépreux et lui rend la santé, comme il prend sur lui nos péchés et les péchés du monde, pour nous en libérer, nous en guérir et nous sauver du mal et du Malin.

Comme le dit Isaïe lorsqu’il parle d’un Serviteur de Dieu, préfigurant Jésus en sa Passion : « C’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était frappé, meurtri par Dieu, humilié. Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris ».
Par ses blessures, nous sommes guéris à condition que nous le lui demandions comme le lépreux de l’Évangile : si tu veux, tu peux me libérer, tu peux me purifier, tu peux me pardonner et m’ouvrir un nouveau chemin de vie et de joie.
En effet, la lèpre, ici, symbolise nos péchés qui nous séparent des autres et de Dieu et nous empêchent de faire corps avec eux.

Il peut arriver, en effet, que la lèpre de l’argent, la gangrène de l’égoïsme et du chacun pour soi, la contagion de la violence, la putréfaction de la médisance ou de la calomnie nous rongent et nous rendent impurs.
Jésus l’affirme : « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche [la nourriture] qui rend l’homme impur, c’est ce qui sort de sa bouche. »
Attention donc aux paroles que nous pouvons dire sur les uns ou sur les autres. Attention aux attachements non essentiels qui peuvent nous ronger et blesser notre cœur.
Le temps du Carême qui va s’ouvrir mercredi n’est-il pas ce moment favorable mis à notre disposition pour discerner de nouveau l’essentiel, pour revenir vers Dieu et nous entraider les uns les autres ?

Dans notre société, sommes-nous des hommes et des femmes d’exclusion ou de communion ? « Ne soyez un obstacle pour personne, invite saint Paul… Ainsi moi-même, je tâche de m’adapter à tout le monde, sans chercher mon intérêt personnel, mais celui de la multitude des hommes, pour qu’ils soient sauvés. »

Saint Paul, encore, nous donne ce conseil : « Tout ce que vous faites, manger, boire ou tout autre action, faites-le pour la gloire de Dieu. »
En cette journée des malades et du personnel de santé, que l’attitude de Jésus envers le lépreux nous aide à regarder chaque personne avec bienveillance et à permettre qu’elle soit toujours mieux intégrée à la communauté humaine et ecclésiale. Demandons l’aide de Marie dont le regard a surpris Bernadette, la petite dont beaucoup à Lourdes se moquaient : « Elle [Marie] m’a regardée comme une personne. »
Jacques Roger