Infos du 4 au 12 août 2018 - Le Theil-sur-Huisne

, par Jean-Noël, webmestre

Samedi 04 août 2018
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 05 août 2018
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

Lundi 06 août 2018
14 h 30 messe à Neyret

Mardi 7 août 2018
10 h 30 messe à Sainte-Venisse

Mercredi 8 août 2018
10 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Jeudi 9 août 2018
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Vendredi 10 août 2018
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Samedi 11 août 2018
16 h 00 baptême de Léandro et Léanna Rousseau
18 h 00 messe à L’Hermitière

Dimanche 12 août 2018
10 h 30 messe à Ceton

XVIIIe dimanche du Temps ordinaire

Il nous faut apprendre de Dieu à créer un monde où l’amour sera capable de multiplier le pain pour tous ceux qui souffrent. Mais, de quoi est faite notre vie profonde ? Quel est notre pain de vie ?

Lecture du livre de l’Exode 16,2-15

Entre l’Égypte aux marmites bien pourvues de viande et la terre de Palestine présentée comme un jardin où le lait et le miel, la marche dans les steppes du Sinaï est un temps d’épreuve, d’angoisse devant l’inconnu, de peur de manquer d’eau et de nourriture. Pris de crainte, le peuple se demande si le projet de libération de Dieu est bien un projet de vie. Dieu répond en nourrissant son peuple des oiseaux migrateurs épuisés de leur voyage et des grains de certains tamaris. Mais cette nourriture est elle-même une mise à l’épreuve : « Qu’est-ce que c’est ? » demandent les Hébreux. En y réfléchissant par la suite, Israël comprendra que la manne était un appel à la foi en Dieu seul capable de combler toutes les faims de l’homme, depuis celle du pain quotidien jusqu’aux faims de vie, de libération et d’intimité avec Dieu.

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens 4, 17-24

Dans la Bible, le néant est le qualificatif des idoles. L’homme qui les adore leur devient semblable, sa vie aboutit à du vide, à rien. Aujourd’hui, comme au temps de Paul, bien des hommes se laissent guider par le néant, qu’il soit adoration de l’argent, de la science, de la puissance, de l’immoralité ou de l’homme devenant centre et norme de toutes choses. Le comportement du chrétien doit être celui d’un homme renouvelé par Jésus Christ, le témoignage d’une vie qu’anime la recherche de la justice, de la vérité et de la sainteté, si du moins c’est bien Jésus Christ qu’on lui a annoncé et enseigné.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6, 24-35

Jésus invite la foule qui le recherche après la multiplication des pains et sa fuite dans la montagne quand elle voulut le faire roi, à travailler pour la nourriture que Dieu veut lui donner à travers le Fils de l’homme. Celle-ci lui demande quelles oeuvres Dieu attend donc de sa part. Jésus réplique qu’il ne s’agit pas d’oeuvres culturelles ou d’observances de la Loi, mais d’une oeuvre unique : croire en lui. La foule se méprend à nouveau : il ne s’agit pas de croire Jésus c’est-à-dire de donner crédit à son enseignement, mais de croire en lui. Lui seul est le pain de la vie, celui qui peut combler toute faim et soif des hommes. Il l’est parce qu’en Lui Dieu lui-même se donne à eux.

Bon dimanche !
Père François