Infos du 11 au 18 septembre 2016 - Bellême

, par Jacques Roger

24e dimanche du Temps ordinaire

Samedi 10 septembre 2016 : 18 h 30 messe à Pouvrai

Dimanche 11 septembre 2016
10 h 30 messe à Bellême, avec les jeunes qui ont participé aux J.M.J. et les personnes qui ont suivi le pèlerinage diocésain à Lourdes
11 h messe à Igé

Nous portons dans notre prière : les abbés Jean Bizet et Jacques Orgeval, la famille Berger.

Lundi 12 septembre 2016
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
17 h à 20 h au presbytère, Portes ouvertes sur le caté

Mardi 13 septembre 2016
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
15 h réunion de la Conférence Saint-Vincent-de-Paul

Mercredi 14 septembre 2016 : 17 h 15 messe à l’EHPAD La Rose des vents

Jeudi 15 septembre2016 - Fête de Notre-Dame des douleurs
18 h messe à la chapelle de Bray à Igé

Vendredi 16 septembre 2016
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
15 h mariage d’Anne-Sophie Fauconnier et de Florent Dumont

Samedi 17 septembre 2016 : 16 h 45 baptême de Liam Berrier

25e dimanche du Temps ordinaire

Samedi 17 septembre 2016 : 18 h 30 messe à Origny-le-Butin

Dimanche 18 septembre 2016 : 10 h 30 messe à Bellême, 11 h à Igé

Nous portons dans notre prière : Yvonne Moreau.

Colère de Dieu et miséricorde

À la lecture de la Parole de Dieu, nous pouvons nous poser la question : la colère de Dieu est-elle compatible avec sa tendresse et sa miséricorde ? Sans hésiter, nous pouvons répondre « oui » en prenant l’exemple des parents qui aiment leurs enfants plus que tout et qui, pourtant, peuvent se mettre en colère afin de les remettre dans le droit chemin. Pensons aussi aux injustices qui peuvent provoquer notre colère. Mais la colère doit n’être qu’un passage en vue d’une correction. Moïse est là qui intervient en faveur du peuple et apaise la colère de Dieu contre son peuple qui s’est détourné de lui et adore les idoles.
Notre mission de baptisés n’est-elle pas aussi d’intercéder auprès de Dieu en faveur de l’humanité et des êtres humains qui vont à la dérive et oublient d’où ils viennent ? Nous sommes tous de la même pâte humaine et nous savons que, par nos attitudes bien souvent, nous ne méritons pas l’amour de Dieu mais nous savons aussi que, par grâce, il nous aime comme un père et veut nous sauver de nous-mêmes et de l’endurcissement de notre cœur.
Les trois paraboles de saint Luc montrent admirablement le visage humain de Dieu « qui fait bon accueil aux pécheurs [que nous sommes] et mange avec eux ».
« Réjouissez-vous avec moi… » la brebis perdue est récupérée, la pièce égarée est retrouvée, le fils dévoyé est revenu. « Il y a de la joie devant les Anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. »
Saint Paul a fait l’expérience de cette tendresse et miséricorde de Dieu : « Il m’a estimé digne de confiance lorsqu’il m’a chargé du ministère, moi qui étais autrefois blasphémateur, persécuteur, violent. »
Paul n’oubliera jamais d’où il vient. Il n’oubliera jamais que le Seigneur s’est révélé à lui alors qu’il persécutait son corps qui est l’Église. D’où la tendresse de Paul pour ses communautés qui, pourtant, provoqueront parfois sa colère car elles auront aussi la tentation de s’éloigner du Seigneur que Paul, sans relâche et avec passion, leur fait connaître.
Accueillons les paroles dures de l’Évangile et les expressions de colère de Dieu comme autant d’appels à revenir vers Lui qui ne veut que notre bonheur. Dieu a beaucoup d’ambition pour ses enfants. Il voudrait nous sortir de la médiocrité, nous élever dans notre humanité. Prions avec le psaume 50 « Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé. Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé. Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne. »
Jacques Roger